-50% sur tous les liquides et arômes pour votre 1ère commande avec le code : FIFTY-FIFTY

Guide

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La taxation du tabac chauffé rend dérisoire le remplacement du tabac combustible puisque tous les avantages y afférents ne sont plus d’actualité, bien que ce type de tabac soit estimé moins dangereux pour la santé.

Pour les Sénateurs, les risques n’en demeurent pas réduits

alternative tabac

La cigarette électronique n’est pas la seule alternative pour réussir un sevrage tabagique puisque le tabac chauffé est également une option. Le tabac chauffé le plus populaire est l’IQQS que Philip Morris International a conçu. Il est donc rare de voir des articles qui font la promotion de ce type de tabac.

Comme pour l’e-cigarette, différentes études ont été menées sur le tabac chauffé. Elles révèlent que par rapport à la cigarette habituelle, il est moins dangereux pour la santé, même si ses effets sur l’organisme ne sont pas plus favorables. Par ailleurs, sa nocivité est plus élevée que le vapotage.

La lutte menée contre les cigarettiers ne justifie en aucun cas ce vote pour une taxation du tabac chauffé. Il convient de préciser que si ce produit existe, c’est uniquement pour aider l’industrie du tabac à préserver ses clients et à continuer de générer des revenus.

Le vote en faveur de cet amendement réduit à néant les avantages financiers

désavantage tabac chauffé

La semaine passée, les Sénateurs ont procédé au vote d’un amendement, celui de la taxation du tabac chauffé. Cette rectification a pour but d’aligner la fiscalité de ce dernier à celle des cigarettes combustibles. Même si le vote n’a pas obtenu l’unanimité, l’amendement a été tout de même adopté. On entre dans la dernière ligne droite, la balle se trouve dans le camp des députés.

Si l’Assemblée Nationale décide également de voter en faveur de cet amendement, le tabac chauffé va alors perdre tous ses avantages surtout sur le plan financier. Dans ce cas précis, cette nouvelle taxe mettra un frein à une lutte déjà bien engagée, celle de réduire le tabagisme en France.

Les risques sont limités, mais pas supprimés avec une cigarette électronique

risques cigarette électronique

Face au désastre du tabagisme, l’objectif de la Commission européenne pour 2040 est une génération «?presque sans tabac?».

Certains pays européens, notamment la Lituanie, le Danemark et les Pays-Bas ont adopté des lois visant à réduire, sinon à évincer le vapotage. De nouvelles taxes sont instaurées et la vente d’e-liquides aromatisés est interdite. Pour ces trois pays, cet appareil n’est nullement un outil de sevrage, c’est plutôt une porte d’entrée vers le tabagisme.

Et l’eurodéputée socialiste Véronique Trillet-Lenoir a précisé qu’il faut être plus sévère en ce qui concerne la cigarette électronique. Selon ses dires, l’e-cig peut être addictive et il devient urgent d’instaurer des règles sévères liées aux produits aromatisés qui encouragent et incitent les plus jeunes à se mettre au vapotage.

Articles similaires