-50% sur tous les liquides et arômes pour votre 1ère commande avec le code : FIFTY-FIFTY

Guide

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

L’OMS n’entraverait-elle pas le sevrage tabagique ?

Pendant l’E-Cigarette Summit UK 2021, l’OMS a fait part de son opposition en ce qui concerne la vape. Ce qui a indigné les défenseurs de la cigarette électronique. L’E-Cigarette Summit, rappelons-le, est un sommet sur la cigarette. Il réunit deux fois par an des scientifiques, des décideurs politiques et des professionnels de la santé publique de premier plan. C’est une opportunité incroyable d’en apprendre énormément sur la position du corps sanitaire vis-à-vis des produits de la vape.

Les 7 et 8 décembre, des professionnels de la santé, des spécialistes de la toxicomanie, des chercheurs et des décideurs politiques se sont réunis au sommet virtuel de la cigarette électronique au Royaume-Uni, pour discuter du climat actuel de la vape. Ils mettent l’accent sur l’avenir de l’industrie, les réglementations, les préjugés et les preuves scientifiques.

Mais qu’est-ce que tout cela signifie? Jetons un coup d’œil à certains des points clés discutés. Qu’est-ce que cela implique pour les acteurs de l’industrie de vape?

OMS : des préjugés sans réelle preuve

R. Beaglehole critique fortement l’OMS et le lobby antivape du milliardaire philanthrope Bloomberg,

« Ce qu’est en train de faire l’OMS et les États-Unis est scandaleux », s’indigne-t-il. La diabolisation de la vape est une atteinte terrible à la santé publique. « La vape est dangereuse, la vape tue, avec un nombre de décès qui augmentait régulièrement ». Absurde? Carrément. C’est le tabac qui tue.

Après avoir travaillé pour l’OMS pendant près de 5 décennies et écouté les histoires personnelles de fumeurs, R. Beaglehole est parvenu à la conclusion selon laquelle nous ne devrions pas lutter pour un monde sans nicotine, mais pour un monde sans tabac. L’accent est mis sur la réduction des substances toxiques du tabac qui causent plus de 20 000 décès chaque jour.

« L’OMS, à être trop prudent par rapport à la cigarette électronique, laisse finalement le champ libre à la cigarette classique » a-t-il expliqué. Il pointe du doigt l’interdiction de ces nouvelles technologies, auxquelles il a largement participé pour intégrer la lutte antitabac.

« Au contraire, il faudrait les accompagner avec une réglementation raisonnable, pour remplacer la combustion. C’est en brûlant le tabac que l’on a cette toxicité; et avouons-le que c’est beaucoup moins toxique de l’inhaler. C’est notamment grâce à cela que la Nouvelle-Zélande compte moins de 2% de fumeurs parmi les 14 à 15 ans, » poursuit-il.

L’OMS fait fausse route, les preuves

Initialement, les recherches ont montré que l’e-cigarette pouvait aider les fumeurs à arrêter, mais avec une faible certitude. Maintenant, les preuves sont passées à une certitude modérée. Bien sûr, la plus longue période d’étude enregistrée n’a duré que 2 ans, mais quand même : les preuves continuent de s’accumuler en faveur de l’e-cigarette comme étant la méthode la plus sûre pour arrêter de fumer.

Le Dr Jamie Hartmann-Boyce, invite à se concentrer sur les preuves scientifiques, et que la cigarette électronique est une méthode efficace pour le sevrage tabagique, même si les idées fausses sur les dommages causés par la vape continuent d’augmenter.

« À mesure que les preuves soutenant l’e-cigarette en tant qu’aide au sevrage tabagique s’accumulent, les médecins doivent s’impliquer. Il est temps pour les médecins de monter à bord. » a soutenu le Dr Colin Mendelsohn, président de l’Australian Tobacco Harm Reduction Association.

Le Dr Mendelsohn a déclaré que de nombreux médecins tirent leurs informations des comptes des patients et des médias, ce qui accroît la méfiance et les inquiétudes quant à l’efficacité de la vape et aux dommages potentiels. « Il est du devoir du praticien de tenir à jour ses connaissances médicales et de séparer les preuves scientifiques des croyances morales personnelles, » ajoute-t-il

La vraie preuve, l’Angleterre

L’Angleterre est l’un des rares pays du monde à adopter la vape comme méthode de sevrage tabagique. De grands organismes accrédités comme Cancer Research UK font sa promotion comme une alternative plus sûre.

De nombreuses personnes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Royaume-Uni, ont critiqué les politiques de l’Angleterre, les jugeant de trop “laissez-faire”. Cependant, les réglementations britanniques en matière de cigarettes électroniques devraient devenir un tremplin pour que d’autres pays emboîtent le pas. Surtout si ces politiques réussissent à réduire les taux de tabagisme au sein de la population britannique.

Dans sa présentation, Deborah Arnott, directrice générale de l’ASH (Action on Smoking and Health), a affirmé que le Royaume-Uni était le précurseur, et non l’exception, en matière de réglementation sur les produits de la vape. Elle a expliqué comment ces réglementations ouvrent la voie à des politiques à plus grande échelle que d’autres pays pourraient et devraient adopter dans un avenir proche.

Conclusion

Avec les nombreuses voix incertaines au sujet des produits de la vape, il semble que beaucoup comprennent enfin qu’il existe de nombreuses opportunités manquées liées à la réduction des méfaits du tabac. Et l’avenir de l’industrie des substituts semble plus brillant qu’il y a quelques années à peine.

Par-dessus tout, le sommet au Royaume-Uni montre que les preuves en faveur de la cigarette électronique (alternative plus sûre au tabagisme) continuent de s’accumuler. Ce qui peut pousser les décideurs politiques et les organismes gouvernementaux à écouter et à agir en conséquence. Beaucoup de responsables sont néanmoins distraits par les preuves déformées par les médias, alors que le problème réside en fait dans la désinformation et la peur.

Il est important que nous tous, nous nous concentrions sur l’importance d’éduquer les non-instruits et d’être ouverts aux nouvelles technologies et à la science. De peur que nous ne devenions aussi polarisés que les personnes que nous essayons d’atteindre. La simple vérité est que nous pouvons devenir une société sans tabac si le monde entier y embarque. Les médecins, les chercheurs et les décideurs politiques y compris. Et pas seulement! Le troupeau toujours croissant d’anciens fumeurs.

Retrouvez le discours complet de R. Beaglehole sur Viméo, ou sur le site de la Vape du Cœur. Sur ce, bonne vape!

Articles similaires