-50% sur tous les liquides et arômes pour votre 1ère commande avec le code : FIFTY-FIFTY

Guide

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Entendu très récemment, concernant l’évènement « Mois sans Tabac » de novembre 2021 sur une chaine télévisée française d’informations en continu, les tabacologues des CHU mettaient en avant l’importance du sevrage tabagique et les moyens pour y arriver. Ils conseillaient et sans hésiter : « Testez la cigarette électronique, elle est un moyen unique et complémentaire pour vous accompagner durablement dans votre sevrage nicotinique avec les patchs ou autres substituts nicotiniques. C’est à souligner  !

Aujourd’hui, la cigarette électronique a gagné des places dans l’accompagnement et la lutte du tabagisme !

Comparons : cigarette électronique Vs cigarette de tabac

e-cigarettes vs cigarette de tabac


Dans sa conception, La cigarette électronique ou e-cigarette et ses produits associés ont pour objectif principal d’aider les fumeurs à se débarrasser de la cigarette de tabac fumé, facteur aggravant de la mortalité dans le monde et des maladies associées. Dans sa conception et sa technologie, elle permet au fumeur de ressentir les mêmes sensations que procure une cigarette traditionnelle mais sans générer les nombreuses substances nocives dangereuses en combustion pour les poumons et l’organisme.

Selon Santé Publique France, les effets du tabagisme sur le fumeur ont des conséquences directes sur les pathologies les plus graves le plus souvent morbides :

• Accidents cardiaques : pour un non-fumeur, l’exposition à la fumée de cigarette augmente de 27 % le risque d’avoir une crise cardiaque.
• Cancer du poumon : le risque de développer un cancer du poumon chez un non-fumeur est augmenté de 25 % si son conjoint fume.
• Cancer des sinus de la face : le tabagisme passif fait plus que doubler ce risque.
• Accidents vasculaires cérébraux : le tabagisme passif altère les parois des artères et double le risque d’accident vasculaire cérébral.

Combustion VS vapeur

Quand le fumeur inhale la fumée brulée à plus de 1000 °, le vapoteur inhale une vapeur produite par un e-liquide ne contenant que des arômes, une base dosée en propylène glycol et/ou de la glycérine végétale, des additifs, de l’alcool et de l’eau. Le système de vaporisation d’une cigarette électronique comporte une batterie, un atomiseur et un réservoir.

Lire notre article : Tout savoir sur les e-liquides

A l’aspiration, le e liquide se mélange à l’air aspiré pour produire une vapeur produite par une chauffe ne dépassant pas 100 °.

Dans le tabac fumé, on sait aujourd’hui que ce sont bien les réactions chimiques produites par la combustion d’une cigarette de tabac qui sont très toxiques : production en combustion de plus de 4000 substances dont plusieurs dizaines sont cancérigènes affectant la physiologie humaine. Mais pas seulement, on sait aussi que plusieurs gaz, les goudrons et le monoxyde de carbone ainsi que différents alcaloides du tabac renforcent le pouvoir nicotinique donc addictif.

La cigarette électronique va créer une vapeur douce et non de la fumée brulée. Vapoter ne va créer aucun agent pathogène comme le goudron, le monoxyde de carbone ou autres particules nocives, les principaux responsables de la toxicité tabagique et des maladies liées. Les différences concernant les dépôts goudronneux qui causent des altérations bronchiques, cellulaires et cardiovasculaires entre fumer et vapoter sont éloquentes.

 

Réglementation et taux de nicotine dans les e-liquides

Dans la cigarette électronique, aucune combustion ne se produit, la vapeur n’est pas transformée lors de l’inhalation, le taux de nicotine ne dépasse jamais 18 mg ( taux maximum autorisé).  Certains e-liquides sont d’ailleurs à 0 % de nicotine.

Sachez aussi que la teneur d’un e-liquide en nicotine est réglementée en France, le taux de nicotine doit être de 0 et 20 mg/ml au maximum. La nicotine des e-liquides est une nicotine purifiée “free base”, sous forme de base, une nicotine dites pharmaceutique. Elle est traitée en deux étapes :

  • par une extraction à haut rendement de la plante
  • une épuration pour éliminer au maximum les autres composés

On est donc bien loin du tabac d’une cigarette, ou le taux de nicotine est boostée par une dizaine d’autres alcaloïdes et autres substances toxiques.

Dans la comparaison sur les effets addictifs de la cigarette de tabac et de la e-cigarette, les différentes études ont prouvé que le degré de dépendance à la nicotine serait largement plus faible chez les vapoteurs que chez les fumeurs.

La gestion de la nicotine en vue de se sevrer complètement est largement facilitée par l’utilisation de la cigarette électronique par rapport à toutes les solutions lutte anti-tabac comme les patchs ou autres gommes à mâcher. De plus les nouveaux modèles d’e-cigarettes proposent des personnalisations toujours plus poussées, des taux adaptés et régressifs de nicotine pour aider le vapoteur à se débarrasser de sa dépendance tabagique.

La E-cig moins dangereuse que le tabac

la cigarette électronique

Grâce à l’élaboration de plus de 800 études sur les potentiels dangers de la cigarette électronique, l’Académie des sciences, National Academy of Science a récemment rendu public un rapport détaillé d’analyse des résultats obtenus.

La PNAS a analysée différents éléments et niveau de risque qui pourrait exposer le vapoteur en comparaison avec une fumeur. Composition des e-liquides couramment commercialisés, nocivité tabagique, comportement fumeur/vapoteur, dépendance nicotinique…

Composition de la vapeur d’une cigarette électronique

Les résultats ont révélé que certains e-liquides mis en vente parfois non réglementés contiennent des substances potentiellement toxiques. On parle ici de métaux et des composés comme l’acroléine et le formaldéhyde. Il faut savoir que la législation américaine en matière de fabrication, composition et mise sur le marché des e-liquides n’est pas aussi réglementée qu’en Europe. Pourtant les consommations des produits de vapotage a connu une nette évolution ces 10 dernières années en France et aux États-Unis. La popularité de la cigarette électronique et des e-liquides ont obligé aux deux nations de mettre en œuvre une législation de sécurité sanitaire plus ou moins strictes tant dans la production et la commercialisation de ces produits.

En 2019, un scandale sanitaire et 26 décès et des pathologies pulmonaires graves pour les vapoteurs ont alarmé les États-Unis. La cause a été assez vite détectée :

  • Des e-liquides frelatés contenant de l’huile de THC  non réglementés vendus sur marché noir. L’hypothèse de la pneumonie lipidique (présence d’huile dans les poumons) liée à l’huile de THC et à de l’acétate de vitamine E est évoquée. On retrouve aussi dans ces e-liquides la présence de myclobutanil, un pesticide utilisé en agriculture pouvant se transformer en cyanure d’hydrogène lorsqu’il est chauffé.

 

Ce scandale a fait des ravages sur la santé des vapoteurs américains et a mis à mal la vision de la vape dans le monde. Aucun cas identique ne s’est présenté en France avec des e-liquides certifiés par la Directive des produits du tabac et de la vape et l’ANSES.

Concernant ce cas, alors que les slogans faisaient foi sur les réseaux sociaux que la cigarette électronique est dangereuse,  Le professeur Ricardo Polosa, spécialiste dans les traitements des maladies du tabagisme et aux outils alternatifs de lutte anti-tabac alertait :

« La cigarette électronique sauve des vies ! Le vrai danger, c’est de ne pas légiférer sérieusement les produits de la vape et de permettre aux utilisateurs de créer des mélanges qui peuvent être très dangereux ! Le vrai danger est aussi et surtout d’inciter les vapoteurs à délaisser la e-cig pour la cigarette de tabac avec le risque absolu d’augmenter le taux de mortalité, développer des cancers et des cardio-pathologies. »

Pour les vapoteurs qui utilisent des produits e-liquides certifiés, des cigarettes électroniques qualitatives, à ce jour, aucune étude n’a pu prouver et affirmer un potentiel danger dans le vapotage.

La cigarette électronique pour lutter contre la nocivité tabagique

Aujourd’hui, les tabacologues et les associations de lutte anti-tabac sont unanimes : la cigarette électronique bien moins nocive que la cigarette traditionnelle. Bien utilisée, elle est devenue un moyen efficace pour arrêter de fumer durablement.

En effet, le HCSP (Haut Conseil de santé publique français) a considéré en 2016 que la cigarette électronique est une aide considérable pour arrêter ou réduire la consommation de tabac. Confirmée par l’Agence de santé publique au Royaume-Uni qui a ajouté, avec précision, que la cigarette électronique est 95% moins nocive que la cigarette traditionnelle.

Vapoter et fumer, est-ce une bonne option ?

Même s’il est conseillé pour un fumeur, d’utiliser exclusivement la cigarette électronique pour se sevrer de sa dépendance tabagique, vapoter et fumer peut tout de même avoir une incidence bénéfique sur la santé. Le fumeur réduit sa consommation tabagique, soit le nombre de cigarettes fumées au quotidien. L’usage parallèle de la cigarette électronique et de la cigarette traditionnelle (tabac) permet de réduire les risques sur la santé. On ne peut en effet observer une amélioration graduelle de la santé, chez les personnes qui fument et vapotent en même temps. Ce sont plusieurs rapports scientifiques internationaux et les observations des analystes qui ont pu le confirmer.

Aussi, en réduisant le nombre de leurs cigarettes quotidiennement, les scientifiques observent une amélioration de leurs différentes pathologies respiratoires, telles que la toux, les sifflements et l’asthme.

 

Ou en est-on sur la consommation tabagique en France ?

Le tabagisme des jeunes

Le tabagisme des adolescents est un fléau qu’il faut combattre, cela a été largement souligné dans les rapports de l’OMS. Les études statistiques sur le tabagisme des jeunes collégiens de 2018 révèlent :

  • 7.6% des collégiens en classe de 6 ème ont déjà fumé une clope
  • 37,5% de ceux faisant partie des classes de 3ème ont déjà fumé

Des consommations largement en recul par rapport aux statistiques relevés durant l’année 2014. En France, notamment la consommation journalière de cigarettes traditionnelles (tabac) demeure rare avant l’âge de 14 ans. Pour les lycéens, les études ont prouvé que la majorité des jeunes ayant expérimenté la cigarette durant les années collège, poursuivent leur consommation une fois au lycée. Ainsi, le taux des consommateurs passe de 46,6 % à la seconde, pour atteindre 60,1 % parmi les élèves de terminale.

En effet, en 2017, la France a enregistré une importante baisse de la consommation des cigarettes de tabac auprès de la population de 17 ans.

Sur une population des personnes âgées de 18 à 75 ans, en France, la consommation tabagique demeure toujours masculine avec 29,8 % contre 24,2 % pour les femmes. Il faut noter que la consommation de cigarettes auprès de cette même tranche d’âge a commencé à baisser de manière significative à partir de 2016. Les différentes politiques anti-tabac, augmentation du paquet de cigarette, mois sans tabac, interdiction de fumer dans les lieux clos et certainement une meilleure compréhension des avantages de la cigarette électronique sont les raisons principales de cette baisse.

Utilisateurs de la cigarette électronique en France

utilisation de la cigarette electronique

 

C’est un chiffre intéressant à connaitre.  En 2021, avec près de 3 millions de vapoteurs en France, chiffre qui augmente de 5 à 10 % par an, le nombre de vapoteurs n’a jamais été aussi haut en France. Et ce n’est pas l’augmentation constante du prix du paquet de cigarettes qui diminuera cet engouement.

Les fumeurs français sont de plus en plus nombreux à choisir la cigarette électronique qu’il considère efficace pour se débarrasser du tabac fumé.  Et les chiffres le prouvent, près de 1,6 millions de français ont pu arrêter de fumer du tabac grâce au vapotage et 1,9 millions ont pu réduire leur consommation tabagique. On peut le dire et l’affirmer, le vapotage n’est pas une question de mode et la cigarette électronique n’est plus un produit gadget. Par sa technologie, ses innovations constantes, ses fonctionnalités au service du vapoteur, sans oublier ses conceptions modernes et minimalismes, la cigarette électronique séduit.

Quel fumeur ne s’est pas posé la question :” Pourquoi ne pas tester la cigarette électronique pour fumer moins et payer moins cher ?

Il suffit juste de franchir le pas en choisissant la cigarette électronique qui répondra parfaitement à votre comportement de fumeur.

Articles similaires