-50% sur tous les liquides et arômes pour votre 1ère commande avec le code : FIFTY-FIFTY

Guide

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Après plus de 10 ans, la cigarette électronique est établie sur le marché et a trouvé sa place dans la conscience du public. Toutefois, selon la source, les rapports sont parfois divergents, ce qui peut engendrer une confusion.  Les vapoteurs ou ceux qui souhaitent le devenir sont souvent déstabilisés par des déclarations contradictoires ou incomplètes. Le vieil adage “la demi-connaissance est pire que l’ignorance” s’applique également aux cigarettes électroniques. Pour éviter toute confusion, nous avons résumé 10 idées fausses sur les e-cigarettes dans cet article de blog !

 

Méthodologie et conception expérimentale de l’étude sur l’e-cigarette

comportement face au vapotage

L’un des plus gros problèmes rencontrés par différentes études : seul un pourcentage infime de personnes (0,01%) qui vapotent n’ont jamais fumé auparavant. Ainsi, presque tous les vapoteurs sont d’anciens fumeurs et, par conséquent, ont souvent subi des dommages pulmonaires. Pour contourner ce problème, ils ont recherché des vapoteurs qui n’avaient jamais fumé auparavant. Le résultat final était constitué d’un groupe de neuf vapoteurs quotidiens n’ayant jamais fumé de tabac et d’un groupe de référence de douze personnes ni fumeuses ni vapoteurs (âge moyen 29,7 (± 6,1) ans).

Pourquoi il est si important que les utilisateurs d’e-cigarettes qui ont participé à l’étude n’aient jamais fumé de tabac auparavant ? Lors de l’étude des effets sur la santé, il est important de garder à l’esprit qu’il est difficile (voire impossible) de séparer les réactions causées par une exposition chronique aux émissions d’aérosols d’une e-cigarette de celles liées à un tabagisme antérieur.

Or, si l’on constate que les vapoteurs qui n’ont jamais fumé de cigarette n’ont aucun effet sur la santé, on peut émettre l’hypothèse que les vapeurs d’aérosol sont beaucoup moins nocives que la fumée de tabac. Une telle étude n’a jamais été réalisée auparavant. Le dispositif expérimental, c’est-à-dire la conception de l’étude, ainsi que la composition des participants, étaient très élaborés,

Les 10 fausses idées à changer sur les cigarettes électroniques

1. Fumer des cigarettes électroniques, ce n’est pas fumer

Même si le terme “e-cigarette” peut suggérer la comparaison, mais fumer une cigarette électronique n’est pas la même chose que fumer des cigarettes de tabac classiques ! Dans le tabagisme traditionnel, le tabac est brûlé, et le processus de combustion produit environ 250 substances toxiques, dont de nombreuses substances cancérigènes telles que la naphtaline ou le chlorure de vinyle. Le liquide des e-cigarettes est vaporisé par chauffage, aucun produit de combustion tel que le goudron n’est produit et pourrait être inhalé. En 1976 déjà, le professeur Michael Russell, médecin et scientifique britannique, affirmait : “Les gens fument à cause de la nicotine, mais ils meurent à cause du goudron”.

2. Le vapotage est aussi dangereux que le tabagisme :

De nombreuses études scientifiques prouvent que l’e-cigarette est une alternative nettement moins nocive que la cigarette de tabac ! Parmi les études les plus connues figurent la publication de l’autorité sanitaire britannique Public Health England, selon laquelle la cigarette électrique est jusqu’à 95 % moins dangereuse pour la santé que les cigarettes de tabac classiques. L’e-cigarette s’est établie avec succès sur le marché depuis plus de 10 ans et a fait l’objet d’études scientifiques. Outre les études des autorités sanitaires britanniques, qui ont traité à plusieurs reprises du vapotage, il existe de nombreuses autres études, par exemple celles du médecin italien Dr Riccardo Polosa de l’Université de Catane ou du pharmacologue autrichien Prof. Bernd Mayer de l’Université de Graz. L’argument selon lequel les e-cigarettes n’ont pas fait l’objet de recherches scientifiques, qui est encore parfois avancé aujourd’hui, est faux !

3. Les liquides pour Cigarettes électroniques achetés dans l’UE contiennent des additifs considérés comme dangereux :

Tous les produits de la cigarette électronique proposés légalement et régulièrement dans l’ensemble de l’Union européenne, qu’il s’agisse de dispositifs ou de liquides, sont réglementés par la directive européenne sur les produits du tabac 2 (TPD2). Détachés de la nicotine, les e-liquides ne peuvent contenir aucune substance classée comme potentiellement dangereuse pour la santé. En outre, conformément à la loi allemande sur les produits du tabac (TabakErzG), tous les ingrédients d’un liquide doivent être mentionnés sur son étiquette (d’emballage) ou sa notice.

Depuis janvier 2021, cette obligation s’applique également aux produits sans nicotine tels que les arômes, les longfills ou les shakes et les vapes. La quantité de nicotine contenue dans le liquide d’une e-cigarette est décidée par chaque utilisateur. Les liquides pour e-cigarettes sont disponibles en différentes concentrations, par exemple avec 3, 6, 9, 12 ou 19 mg de nicotine par millilitre, mais aussi complètement sans nicotine !

4 – E-liquides pour les cigarettes électroniques : Des saveurs limitées

Les liquides pour les cigarettes électroniques sont disponibles dans une variété d’arômes différents. D’une part, il existe des arômes classiques de tabac. Ceux-ci sont intéressants pour les personnes qui aiment le goût du tabac. Du fort au doux en passant par le piquant, tout y est !

Dans le domaine des goûts fruités, on trouve des saveurs classiques comme la fraise ou la myrtille, des variantes exotiques comme la mangue, la papaye ou l’ananas, mais aussi des saveurs complètement différentes, par exemple le concombre. Les gourmets trouveront des créations telles que le cheesecake aux fraises ou la cerise de la Forêt-Noire parmi les “Tasty Tastes”.

Enfin, il existe de véritables créateurs de liquides dans le segment des liquides premiums qui mélangent une grande variété d’arômes dans de nouvelles compositions et les affinent avec du menthol ou de la vanille. Il n’y a donc aucune limite aux souhaits individuels et aux variations des liquides !

5 – Les Cigarettes électroniques, un fort risque d’explosion

On a remarqué l’apparition des rapports sur les “cigarettes électronique qui explosent”, au même moment que le lancement des produits sur le marché.

Les batteries qu’on utilise dans les e-cigarettes, les torches ou les modèles d’avion. Elles peuvent s’épuiser si vous leur demandez plus de courant qu’elles ne sont capables d’en fournir. Si l’appareil n’a pas de trous d’aération dans le compartiment de la batterie, la pression interne qui en résulte peut entraîner le déchirement du support de la batterie.

Tout comme les liquides, les dispositifs sont également réglementés par la DPT2 dans l’Union européenne. Les e-cigarettes modernes fonctionnent avec un chipset qui rend techniquement impossible une utilisation trop puissante.

Dans tous les cas, la sécurité est une exigence fondamentale pour que les dispositifs soient autorisés à être régulièrement commercialisés en France ou dans l’UE. Les appareils présentant un dégazage de la batterie ont été mis sur le marché de manière non réglementée depuis l’extérieur de l’UE, ou ont été délibérément manipulés par les utilisateurs, par exemple pour générer des niveaux de puissance plus élevés.

6 – N’aide pas les fumeurs à surmonter leur addiction

Actuellement, environ 2 millions de personnes utilisent des e-cigarettes en France. La majorité absolue de ces personnes sont d’anciens fumeurs qui ont consciemment opté pour une alternative moins nocive. Une étude étude menée en 2019 par le professeur Peter Hajek du Wolfson Institute of Preventive Medicine de Londres a montré que:

  • Le vapotage est un moyen de sevrage tabagique.
  • Il est beaucoup plus efficace que les patchs à la nicotine et les produits comparables

En effet, il est équivalent aux cigarettes de tabac en termes de sensation, de comportement social et d’habitude. De plus, une étude récente de l’université Queen Mary a pu corroborer ces résultats.

En outre, les différents taux de nicotine des liquides pour e-cigarettes permettent de réduire progressivement l’apport en nicotine.

De nombreux experts ont alimenté des “faits” concernant les e-cigarettes et les e-liquides, par des histoires négatives et des hypothèses absurdes. On utilise en effet les e-liquides aromatisés pour faire de la publicité auprès des enfants. En janvier 2020, la FDA a finalisé une ” directive d’application pour les e-cigarettes aromatisées non autorisées à base de cartouches qui attirent les enfants, y compris les fruits et la menthe.

” Ces faits et règlements erronés limitent les effets bénéfiques des e-cigarettes. Des études ont montré que les adultes qui utilisent des e-liquides aromatisés à la vape sont plus susceptibles d’arrêter de fumer plus tard que ceux qui utilisent des e-cigarettes non aromatisées. Ces résultats, ainsi que les statistiques du NHS et de l’ASH, montrent en fait une diminution du vapotage chez les jeunes, les e-liquides aromatisés ayant aidé ceux qui veulent passer à l’acte et arrêter de fumer.

7 – Cigarettes électroniques , compliquées à utiliser

Il est vrai que certains modèles d’e-cigarettes peuvent sembler déconcertants pour le profane intéressé, avec leurs boutons, leurs écrans et leurs options de réglage. Mais n’ayez pas crainte ! Pour de nombreux fumeurs, le vapotage est désormais plus qu’un sevrage tabagique, il est devenu un hobby pour certains, voire une passion pour d’autres. Et bien sûr, le marché dispose de self-winders, de mods squonk, d’appareils avec de nombreux modes de fonctionnement, etc. prêts pour ce groupe d’utilisateurs.

Mais on peu également trouver une large gamme d’appareils. Ceux-ci s’adaptent explicitement aux nouveaux arrivants. Des modèles comme le Easy 4 de SC, par exemple, sont dépourvus de boutons ou autres commandes. Ils sont activés en tirant sur l’embout. Avec ces modèles, il suffit de mettre un bouchon pré-rempli et c’est parti ! Tout ce dont vous avez besoin pour un démarrage réussi est déjà inclus dans l’emballage. Prêt à fumer !

8-La cigarette électronique, pour une élite

Pour beaucoup, la cigarette électronique n’est pas seulement un produit que l’on utilise tous les jours comme un sèche-cheveux ou un mixeur plongeant. C’est en effet devenu un hobby pour certains fumeurs. Une communauté active et engagée s’est développée autour du vaping ! En période de lockdown et de pandémie, tout a été un peu plus difficile. Seulement, les gens discutent et parlent boutique aux tables des habitués de la vapeur. Ils ont aussi des échanges animés sur des forums internet comme le forum e-vaping.

Les nombreuses foires annuelles de la vapeur, comme le Hall of Vape à Stuttgart, sont des événements de grande envergure, avec un programme d’accompagnement et un caractère événementiel. La peur du contact est inutile :

  • Même les fumeurs moins expérimentés, on les accueille chaleureusement dans la communauté des fumeurs. Ils reçoivent aussi de nombreux conseils et recommandations utiles sur les e-cigarettes !

8 – De nombreuses rumeurs concernant les e-cigarettes sont fausses :

Que ce soit par excès de zèle, par ignorance ou à cause d’un titre rapide, ces dernières années, la presse a publié un certain nombre d’articles négatifs sur le vapotage qui ne correspondaient pas à la vérité.

Par exemple, on associe souvent la cigarette électrique à une maladie pulmonaire. Il s’agit de la bronchiolite oblitérante, également connue sous le nom de “poumon en pop-corn”. Il y a deux ans, des histoires alarmantes concernant la maladie pulmonaire EVALI ont circulé dans les médias. De plus, l’année dernière, des experts ont lancé une discussion autour de l’édulcorant sucralose. Ces rapports étaient prématurés ou tout simplement faux. Dans le cas d’EVALI, les e-cigarettes réglementées ont été assimilées à des e-joints illégaux en provenance des États-Unis. Le fait est que des reportages inexacts ou hâtifs dans les médias ont créé une image déformée des e-cigarettes dans le public de certains endroits.

10 – L’interrupteur n’est pas réalisable avec les cigarettes électroniques !

Les personnes qui se prononcent en faveur des cigarettes électroniques et contre le tabagisme optent pour l’alternative sans tabac, nettement moins nocive. Le vapotage offre un moyen d’apporter de la nicotine au corps sans processus de combustion. On peut réduire progressivement la concentration de nicotine si on le souhaite. Les e-cigarettes simulent la sensation d’une cigarette classique et permettent ainsi une utilisation habituelle. De nombreux dispositifs sont faciles à utiliser et s’adressent explicitement aux utilisateurs qui passent à l’e-cigarette ou qui ont peu d’expérience.

Les concessionnaires locaux sont heureux de donner des conseils sur le passage à l’euro et de recommander les bons réglages et les points à surveiller dans chaque cas. Une communauté nombreuse et utile fournit des conseils, des trucs et des astuces, tant en ligne que hors ligne. Passer aux cigarettes électroniques est beaucoup moins difficile qu’il n’y paraît à première vue. Et c’est le début d’une expérience que la grande majorité des fumeurs vivront très bientôt plus clairement comme un avantage !

 

 

Articles similaires